Histoire d'une envahisseuse discrète mais terriblement efficace

Publié le par ST

Histoire d'une envahisseuse discrète mais terriblement efficace

 

Qui n'a pas entendu parler de la renouée  du Japon?  désormais et ce depuis quelques dizaines d'années maintenant il n'est pas nécessaire de trop s'éloigner de son domicile pour constater la présence de cette plante.
Originaire d'Asie orientale elle apparaît en Europe à  la fin du 19ième siècle mais c'est vers le milieu du XXème siècle qu'elle commence une croissance exponentielle.
Celle qui au début est introduite en occident pour ses qualités ornementales, mellifères, mais aussi fourragères, est devenue depuis membre à part entière de  " l'académie " des 100 végétaux les plus inquiétants de la planète.
Cette plante se renouvelle essentiellement par ses rhizomes et ses boutures de tiges, ses floraisons automnales ne produisant que très rarement des graines viables. 

 Toujours est-il que lorsque la renouée du Japon  " s'installe " quelque part elle a une stratégie imparable pour occuper toute seule le terrain.
 1: Avec son épais feuillage, elle crée un épais couvercle qui bloque complètement la pénétration du soleil dans la zone inférieure privant du même coup les autres plantes des bienfaits de l'astre de jour.
 2: La renouée produit par ses rhizomes des substances allélopathiques qui empoisonnent les espèces autochtones, créant du même coup des zones peuplées exclusivement de renouées.
 Ajoutez à cela que sa croissance varie de 1 à 8 cm par jour elle peut atteindre 3m de haut, à ce stade il n'est pas excessif de parler d'invasion. 

 La main de l'homme n'est pas exempte de tout reproche loin de là.
En effet,de nouveaux sites impactés par la présence de la renouée sont souvent des zones de chantiers ou friches industrielles, sans parler des bords de routes et autoroutes sa présence n'est plus maîtrisée.
Un sage de l'antiquité disait avec raison que la meilleur façon de se " débarrasser " d'un ennemi c'était de s'en faire un ami.

 Pourquoi ne pas s'en servir de fourrage comme c'est le cas en Asie? ce qui pourrait permettre une certaine maîtrise du développement de cette plante.
Il y a un autre point positif, c'est que la renouée fait partie intégrante de la gastronomie nippone depuis des générations maintenant, alors pourquoi ne croqueriez-vous pas   l'envahisseuse?
Avant de vous lancer il y a quelques règles à respecter, tout d'abord s'assurer que l'endroit elle pousse est propre, qu'il ne s'agit pas de remblais car la renouée affectionne les terrains   pollués par les métaux lourds. 

Ensuite tout comme la rhubarbe la renouée contient de l'acide oxalique, ce qui à grosse dose, n'est pas conseillé pour les personnes atteintes de maladies rénales. Préférez les jeunes pousses de 40 cm de haut maximum, elles sont tendres et faciles à cuisiner.
Épluchez-les comme la rhubarbe, faites cuire dans une eau bouillante et salée pendant 20mn laissez refroidir et servez comme des asperges avec une bonne vinaigrette dont vous avez le secret!


 

Histoire d'une envahisseuse discrète mais terriblement efficace

 

Une recette sucrée? Alors pourquoi pas une confiture ?
 
 

 

Prenez toujours les jeunes pousses, épluchez-les, ensuite coupez-les en tronçons de un ou deux cm, jetez-les dans l'eau bouillante deux minutes, puis faites refroidir dans une eau glacée.

 Égouttez, mettez le même poids en sucre et laissez macérer quelques heures, à ce stade il ne vous restera plus qu'à faire cuire la préparation, une fois à ébullition laissez réduire 30 mn .

Bon appétit !

 

Serge Tonoli

 

Histoire d'une envahisseuse discrète mais terriblement efficaceHistoire d'une envahisseuse discrète mais terriblement efficace

Publié dans biodiversité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article