Nos amis les vers de terre : Comment les préserver ?

Publié le par PH

Naissance d'un ver de terre ( image bioactualités.ch)

Naissance d'un ver de terre ( image bioactualités.ch)

Voici notre dernier article sur les vers de terre qui fait suite à "Nos amis les vers de terre : leur utilité"

Pour qu’un être vivant se développe correctement, il lui faut un toit et de quoi manger et boire dans un environnement sain.

 

  • Couverture du sol : nous avons vu que la plupart des vers de terre se nourrissent à la surface de végétaux morts. Il faut donc couvrir son sol, suivant les saisons, de tonte d’herbe, de feuilles mortes, de paille, de foins..Cela permet aussi de garder l’humidité indispensable à notre ami. Un sol à nu et il meurt de faim et de soif. Du moins, il ne se reproduira pas ou peu.

 

  • Le non labour : l’utilisation d’engins agricoles (pour nous le motoculteur) tue près de 70% des vers de terre en un seul passage ! Un ver coupé en deux ne fait pas deux vers mais bien un mort. Il faut aussi éviter de retourner les couches du sol avec une bêche par exemple. Ne pas enfouir les fertilisants (fumier…), laissez les vers s’en occuper. On préconise plutôt l’utilisation de la grelinette pour aérer le sol (si le nombre de vers n’est pas encore suffisant). Je développerai dans un article tous les autres avantages d’une couverture du sol et du non labour.

 

  • Ne pas polluer le sol : avec des herbicides, pesticides, fongicides et engrais chimiques. Tous ces produits brûlent sa muqueuse et le tue. Il y a un produit auquel on ne pense pas car il est encore malheureusement autorisé en agriculture biologique : la bouillie bordelaise. Le sulfate de cuivre tue les vers de terre mais aussi les champignons du sol. Je vous parlerai de leurs grands intérêts pour nos cultures dans un prochain article.

 

Maintenant vous savez pourquoi, à chaque fois que nous agissons dans notre jardin, il faut penser à nos petits amis fragiles mais qui peuvent rendre de grands services pour nos légumes et la qualité de notre sol.

 

La plupart des données scientifiques ont été mesurées par Marcel Bouché chercheur à l’INRA, un des plus grands spécialistes dans le domaine.

 

PS


 

Pour approfondir :

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article