L'eau : un bien précieux

Publié le par ST/CB

L'eau : un bien précieux

H2O : formule un peu barbare pour la plupart d’entre nous, mais c’est le mélange pour lancer le coup d’envoi à la vie.

Si vous en doutez, sachez que le corps humain est à lui seul composé de 65% d’eau. Elle recouvre ¾ de la surface de la terre, pour un volume de 1400 millions de km3 dont seulement 3% sont directement consommables par les êtres vivants.

Si nous pouvons rester 40 jours sans manger, 2 à 3 jours sans une goutte d’eau à boire, c’est la mort assurée.

Chaque humain, chaque famille, chaque civilisation a et articule sa vie autour de l’eau et sa proximité de l’habitat est indispensable pour entretenir la vie et son confort.

Il est bien loin le temps où il suffisait de se pencher au dessus de n’importe quel point d’eau pour assouvir sa soif sans crainte d’une quelconque contamination ou empoisonnement.

 L’arrivée mécanique de l’eau dans les villes, que ce soit par les aqueducs romains vieux de 2000 ans, aux réseaux et tuyauteries contemporaines, a rendu l’eau accessible  à de nombreux foyers à travers le monde. Mais, car il y a un mais, nous déchantons aujourd’hui car cette trop facile accessibilité de l’eau, nous a fait perdre de vue qu’elle reste un bien fragile.

 Sa rareté fait d’elle désormais l’un des enjeux géopolitiques à l’origine de très nombreux conflits mortels dans le monde. Cela confirme les propos d’un représentant syrien à la tribune  de l’O.N.U  dans les années 1970, déclarant « un jour viendra où une goutte d’eau  coûtera plus chère qu’une goutte de pétrole ».

L’état des lieux actuel de l’eau ne peut nous laisser sans réflexion. Ouvrir un robinet et le laisser couler pendant que l’on se brosse les dents, faire couler la douche en continu pendant de longues minutes sans raison, arroser son potager au-delà du nécessaire sont autant de pratiques coupables qui font craindre le pire pour l’avenir de l’eau.

Bien sûr, vous pouvez dire qu’il y a des pratiques de l’utilisation de l’eau bien plus coupables dans le monde. C’est vrai!..

 - Les cultures intensives très gourmandes en eau

- Le monde du tourisme, avec l’implantation de piscines, de douches à volonté ou de canons à neige dans les stations qui vident les nappes phréatiques, tandis que la population locale court désespérément après un minimum d’eau. Et bien d’autres encore.

Souhaitons que la prise de conscience soit universelle pour que nous puissions continuer à  profiter pleinement de ce bien précieux qu’est l’eau.

ST/CB

 

Le saviez vous ?

La ville du Cap capitale de l'Afrique du Sud, 4 millions d'habitants soit plus de cinq fois la population de la Loire est en proie à une sécheresse exceptionnelle, au mois d'avril prochain si il ne pleut pas la pénurie d'eau sera pratiquement totale....

PS : Nous vous invitons à regarder tourner les compteurs situés à la fin de cet article....
 

L'eau : un bien précieux
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article