Si les insectes venaient à disparaître ?

Publié le par CB

Si les insectes venaient à disparaître ?

Certains diront que c'est une fausse information, que ça n'arrivera pas car il y a encore beaucoup d'insectes, la preuve on est envahi de doryphores et de pucerons, embêtés par les mouches et les moustiques....Mais avez-vous remarqué l'état de votre pare-brise quand vous roulez l'été : il est propre ! Il y a quelques années les stations services mettaient à disposition des raclettes pour nettoyer les pare-brises et il fallait les  nettoyer à chaque plein.

Une étude allemande sur 30 ans constate que les populations d'insectes ont diminué de 80% depuis 30 ans.

Un monde sans insectes n'est pas envisageable...et pourtant le constat est là.

La disparition des insectes; c'est la disparition de nombreuses espèces végétales qui sont pollinisées ( courgettes, courges, tomates, arbres fruitiers..), la disparition des oiseaux, l'appauvrissement des sols car les insectes jouent un rôle important dans la fabrication de matière organique.

Disparition des insectes, des d'oiseaux,  des plantes qui nous nourrissent...qui sera le prochain sur la liste... devinez?

Mais tout ça ce n'est pas de la faute des jardiniers! Ils n'y peuvent rien!

Chacun à  son niveau peut agir, la suppression des insecticides est déjà un premier pas. Mais nous pouvons aussi penser nos jardins autrement, voici quelques conseils simples mais qui peuvent être immédiatement applicables:

 

 

 

Si les insectes venaient à disparaître ?

Planter une prairie fleurie et laisser des zones peu travaillées (bande fleurie et enherbée).

Tondre moins souvent à certains endroits, une à deux fois par an suffit.

Pratiquer la rotation des cultures et les cultures mixtes en association.

Fleurir le potager toute l’année pour attirer les prédateurs et les pollinisateurs

  • Laisser monter en fleurs les légumes feuilles en bout de rangs.

  • Privilégier les plantes mellifères et locales : souci, coquelicot, pissenlit, consoude, bourrache, phacélie, tournesol, myosotis, glycine, vigne vierge, menthe, sauge, lavande, thym et autres plantes aromatiques...

Le paillage organique offre un abri à de nombreux auxiliaires.

Installer des abris et des refuges :

  • Pour les insectes : abris composés de tiges creuses, de tiges à moelle, de torchis, de paille, de bûches de bois, de pierres, hôtels à insectes...

  • Pour les oiseaux : des nichoirs installés à quelques mètres du sol, exposés au sud-est. Des mangeoires garnies de nourriture pour les aider à survivre aux grands froids.

Abris divers : tas de feuilles mortes, de bois ou de pierres, plantes couvre-sol persistantes, tuiles ou briques creuses pour abriter crapauds et hérissons...

Ne pas chercher à éliminer complètement les ravageurs, ils sont source de nourriture pour les auxiliaires. Tout est une question d’équilibre...

Avec ces conseils simples vous pouvez agir pour la préservation des insectes et de la biodiversité.

Un jardin"au cordeau" avec des légumes, rien que des légumes c'est bien, mais un jardin avec des endroits pour la biodiversité c'est mieux.

CB

Sources "Mon potager sans pesticides" Jardins Volpette/Frapna


 

Insectes sur pare brise Source: G. GRULLÓN/SCIENCE / MITTEILUNGEN AUS DEM ENTOMOLOGISCHEN VEREIN KREFELD

Insectes sur pare brise Source: G. GRULLÓN/SCIENCE / MITTEILUNGEN AUS DEM ENTOMOLOGISCHEN VEREIN KREFELD

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article