Quel est le processus de production du compost ? 

Publié le par MD

Pour produire un compost de qualité, il est important de respecter quelques règles comme l’aération, l’humidification, le respect de l’équilibre entre déchets alimentaires et déchets verts,... Mais pourquoi est-il important de respecter ces quelques règles ? Comment se passe le processus de compostage ?

Le compost est un engrais naturel qui est le résultat d’un processus de transformation biologique. Ce processus consiste à la transformation de déchets organiques en présence d’eau et d’oxygène, par le biais de micro-organismes (champignons microscopiques, bactéries, décomposeurs,…). Cf schéma

Sans oxygène et sans eau, les organismes nécessaires à la décomposition des déchets ne peuvent se développer. Le processus de compostage est donc bloqué.


- Les bactéries interviennent en premier. Leur travail produit de la chaleur et de la vapeur d'eau se forme. Le tas perd du volume.


- Au cours du compostage, des organismes tels que les champignons, les  cloportes, les acariens, commencent leur travail lorsque les déchets sont encore grossiers mais humidifiés et ramollis.


 

-Ensuite,  des organismes de plus grande taille comme les collemboles. Les mille-pattes, les vers rouges épigés continuent le travail.


- Enfin, des bactéries finissent le travail dans les excréments des autres  organismes. Le compost s'affine.
 

 

Ensuite, il faut respecter un équilibre entre les déchets alimentaires et les déchets verts pour plusieurs raisons. 

Les déchets alimentaires sont très humides et apportent de l’azote. Les déchets verts eux sont riches en carbone. Afin que le processus de compostage se déroule correctement, il faut respecter un équilibre entre l’azote et le carbone. C’est cet équilibre qui va permettre aux décomposeurs de se développer correctement. Ensuite, respecter l’équilibre azote-carbone est un facteur clé de réussite de production du compost. En effet, si vous utilisez uniquement des déchets alimentaires, vous allez avoir un compost trop humide, visqueux et donc malodorant. L’apport de déchets carbonés permet de structurer le tas et de diminuer le risque d’odeurs.

 

Marlène Desmau







 

Publié dans Développement durable

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

anonyme 30/11/2019 22:58

N'est-ce pas les déchets bruns secs qui apportent du carbone ?