Biocontrôle: Des insectes à favoriser au jardin (1/2)

Publié le par FP

Parmi les petite bêtes du jardin, certaines sont à considérer comme des « auxiliaires ». Elles assistent le jardinier en régulant ou en éliminant certains ravageurs. 
Ces alliées du jardinier sont des prédateurs, comme la larve de coccinelle qui mange les pucerons. Ce sont également des parasites ou parasitoïdes, telles que certaines micro-guêpes qui pondent dans les chenilles. 
Un jardin peut accueillir de nombreux insectes auxiliaires. En voici quelques uns, les connaissez-vous?
  • Chrysope : ce petit insecte gracile est un redoutable prédateur au stade larvaire. Il dévore près de 500 pucerons par jour au plus fort de son développement. On l’aperçoit au jardin près des plantes fleuries, il se réfugie parfois à l’intérieur des cabanes pour passer l’hiver.
 
Chrysope

 

  • Orius : cette punaise ovale de 2 mm de long mange les larves et les adultes de thrips par dizaine, mais aussi les aleurodes et les pucerons. Elle vit dans les zones herbacées avec des plantes fleuries.
 
Orius

 

  • Staphylin odorant : la larve et l’adulte de ce coléoptère mangent les mouches du terreau et les pucerons des racines. Il vit dans les tas de feuilles et les tas de pierres.
 
Staphylin odorant

 

  • Forficule : facilement identifiable par ses pinces cet insecte est polyphage. Il se nourrit de pucerons, de psylles, de cochenilles etc. Pour lui fournir un abris, il suffit de garnir un pot en terre cuite de paille et de le retourner. 
 
Forficule appelé aussi "perce-oreille"

 

  • Coccinelle : belle mais redoutable, au cours de son stade larvaire elle mange environ 3000 pucerons. Elle vit dans les haies et les herbes. Il est possible de lui aménager un abri hivernal en alignant à la verticale des planchettes de bois espacées de 1 cm.
 
Coccinelle

 

  • Guêpe : malgré leur mauvaise réputation, la plupart sont pacifiques et utiles au jardin. Selon l’espèce, elles sont capables de capturer des centaines de pucerons, mouches ou chenilles pour nourrir leur larves. Elles profitent de la présence de fleurs sauvages au jardin.
Guêpe


Suite la semaine prochaine!

Florent Portalez

 CHARGÉ DE MISSION Jardins - Espaces verts. FNE Loire

Une question? une remarque? postez votre commentaire en bas de l'article ou contactez florent.portalez@fne-aura.org

Ou cliquez sur le lien ci-dessous:

 

Publié dans biocontrôle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article