Biocontrôle: Médiateurs chimiques

Publié le par Florent Portalez

Découvrons un autre mode d’action du biocontrôle avec les médiateurs chimiques. Il s’agit ici de détourner à l’avantage des jardiniers des substances chimiques utilisées par les insectes pour communiquer entre individus d’une même espèce : les phéromones. Une solution de plus en plus vendue dans les jardineries.

Les organismes ciblés par les phéromones des pièges sont variés : taupin, mouche de la carotte, teigne du poireau, mineuse de la tomate, carpocapse, etc. Pour s’assurer de l’efficacité des phéromones il faut néanmoins les utiliser au bon moment et respecter la densité de pièges préconisée par surface.

L’utilisation de médiateurs chimiques ne vise pas l’extermination des ravageurs. En accord avec le principe du biocontrôle, elle permet de surveiller et de contrôler leur population lorsqu’elle dépasse le seuil de nuisibilité. Ci-dessous, quelques moyens d’application.

Le piégeage de surveillance permet d’identifier et de suivre l’évolution des populations de ravageurs. L’organisme est attiré par la phéromone et vient se coller sur le piège en « maisonnette ». La lecture du piège permet de visualiser l’apparition ou le pic d’activité de certains ravageurs pour savoir quand intervenir.

 

Le piégeage de masse offre une moyen de contrôler les populations de ravageurs. Une phéromone spécifique attire les organismes dans des pièges desquels ils ne peuvent sortir. En les attirant et en les neutralisant, ce type de piégeage diminue la nuisibilité des ravageurs, sans les supprimer totalement.

 

La confusion sexuelle est un autre moyen de contrôler les populations de ravageurs et leur nuisibilité. En diffusant en grande quantité des phéromones sexuelles d’une espèce, les réels signaux envoyés par les organismes sont « noyés » au milieu des faux. En conséquence, la probabilité d’une rencontre femelles/mâles est diminuée et le nombre de ravageurs limité. 

 

Remarques : attention, certaines phéromones ou produits utilisés pour neutraliser les organismes dans les pièges peuvent être homologués produits phytosanitaires, assurez-vous qu’ils sont utilisables au jardin avant utilisation. 

 

Florent Portalez

 CHARGÉ DE MISSION Jardins - Espaces verts. FNE Loire

Une question? une remarque? postez votre commentaire en bas de l'article ou contactez florent.portalez@fne-aura.org

Ou cliquez sur le lien ci-dessous:

Publié dans biocontrôle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article