Comment obtenir du compost?

Publié le par MD

Comment obtenir du compost?

Il existe quatre formes de valorisation des biodéchets qui sont complémentaires :

  1. La collecte porte à porte : cette solution est assez coûteuse et demande d’avoir une poubelle supplémentaire. La coopérative Compost’ond qui collecte les déchets alimentaires des restaurations collectives de l’agglomération stéphanoise, située au Chambon Feugerolles, vous donne accès à un compost local et peu coûteux.

  2. Le point d’apport volontaire : comme cela existe pour le verre ou les emballages recyclables.

  3. Le compostage individuel en maison ou en lombricompostage en appartement (plus difficile).

  4. Le compostage de quartier qui rencontre les mêmes caractéristiques que le compostage individuel avec un aspect sympa : la convivialité.

Aujourd’hui, nous allons voir comment réussir à obtenir du compost en le réalisant soi même, en pratiquant le compostage individuel.

Et si je faisais mon compost moi-même !

A l’heure actuelle, il est très facile de faire son compost soi même, à condition d’avoir un accès extérieur et de respecter quelques règles d’or. Il faut également avoir conscience qu’on ne maîtrise pas tout et accepter de faire des « erreurs de parcours ».  Comme pour le vélo, il faut vite remonter en selle et apprendre de ses erreurs passées.

La première étape consiste à réserver un lieu dans le jardin pour réaliser son compost. Pour limiter les nuisibles du type moucherons, il est préférable de le mettre à l’ombre. Pour avoir une meilleure maîtrise du processus, il est également préférable de le mettre à l’abri des grosses pluies. 


Il est possible de fabriquer artisanalement votre composteur ou vous pouvez en acheter un (la ville de Saint Etienne aide à l’achat de composteurs individuels).

Mais quelles sont les règles d’or pour réaliser un bon compost individuel ?

 

Comment obtenir du compost?

Si vous rencontrez des difficultés avec votre compost, rien n’est perdu ! Il faut identifier la source du problème et être réactif :

  • Le tas ne réduit pas : s’il est trop sec (filament blanc en surface), il faut l’arroser (avec de l’eau de pluie de préférence). S’il est trop humide, il faut l’assécher en y incorporant de la terre sèche, des éléments qui vont absorber l’excès d’eau (papier, carton sans encre, feuilles sèches, sciure).

  • Le tas sent mauvais : donnez-lui de l’air. Rendez la matière plus meuble en brisant les mottes, retournez-le pour favoriser l’aération. Incorporez des branchages fins.

Marlène Desmau

Composteur "maison"

Composteur "maison"

Publié dans Développement durable

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article