Un peu de poésie: L’écureuil et le cèdre

Publié le par ST

Image par Pimmie de Pixabay

Image par Pimmie de Pixabay

Le cèdre majestueux a ouvert ses bras

Comme s'il voulait nous étreindre

Il en a vu des gens marcher en bas

Comme des ombres qu'il faudrait peindre.

 

Arbre grandiose qui les supplie

Dans son silence séculaire

De venir se blottir contre lui

Comme le ferait un enfant avec son père.

 

Devant tant d'indifférence

Il a souvent tutoyé la tristesse

Parfois même frôlé la démence

En espérant notre tendresse.

 

Heureusement qu'il a quelques amis

Certains fidèles dans les années

S'en servent même de logis

Ou de perchoir pour cuicuiter.

 

Mais ce matin dans un ballet royal

Un écureuil se balançait de branche en branche

Aussi séduisant que l'aurore boréale

Sans un pas de danse qui flanche.

 

Le cèdre le suivait des yeux

Avec une fierté non dissimulée

De droite à gauche ou au milieu

Se dandinant comme une poupée.

 

Fluide comme un roseau docile

Qui se plie doucement sous le vent

Se déplaçant en petits sauts fragiles

En s'arrêtant constamment.

 

Lui et ses amis à plumes

Ont compris depuis longtemps

Que leur arbre est leur costume

Qui les protège de tous les temps.

 

Quelle belle leçon de vie

Pour nous qui pensons tout comprendre

Faisons du cèdre notre ami

Et dans nos bras le prendre.

 

Serge Tonoli


 

Un peu de poésie: L’écureuil et le cèdre

Publié dans Exprimez-vous

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article